Dream Team Events

Le forum de la DT
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Services publics : schizophrénie française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Justin
Flood Master
Flood Master
avatar

Nombre de messages : 3940
Age : 39
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Services publics : schizophrénie française   Ven 1 Sep - 13:57

Ca date un peu mais c'est extrêmement instructif. La Commission européenne, qui avait accepté le principe d'un monopole de livret A par la banque postale est en train de reculer sous la pression de grands groupes bancaires français qui veulent une part du gâteau. En particulier le... Crédit Agricole. Ou quand intérêts agricoles et intérêts ruraux ne font pas bon ménage.

Au passage, vous noterez que personne n'en parle en France. Or, si le Livret A est ouvert à la concurrence, c'est l'entité "Bruxelles" qu'on accusera d'ultra libéralisme.

Livret A : monde agricole contre monde rural
Par Gilles Savary, député européen (PSE)

Le monde agricole français est-il le plus sûr allié du monde rural ?

On est fondé à se poser la question crûment au moment où La Poste (et accessoirement les Caisses d’Epargne) est confrontée à une attaque en règle contre le monopole du Livret A. Vu de Bruxelles, l’enchaînement des faits est confondant.

Le 21 décembre 2005, la Commission européenne avalise sans observations particulières la création de la Banque postale, reconnaissant au Livret A, dont elle partage le monopole avec les Caisses d’Epargne, un caractère d’intérêt économique général (de service public) qui le met à l’abri des exigences concurrentielles du marché intérieur.

Pour ce faire, elle se base sur quelques principes simples et incontestables :

- Côté ressources, le Livret A est un produit de placement universel, en cela que La Poste et les Caisses d’épargne sont tenues d’y faire accéder, sans condition, ni sélection, tous les Français qui souhaitent en disposer.

- Côté placement, le Livret A constitue le principal outil de collecte de fonds privés affectés au financement d’un service public social : la construction de logements sociaux.

Et pourtant, si les Français n’ont pas vu passer cette avancée européenne considérable, ils apprennent aujourd’hui que « Bruxelles » pourrait envisager de contester le monopole de La Poste et de la Caisse d’épargne sur le Livret A.

Que s’est-il donc passé, sous les crânes bruxellois, pour qu’ils se déjugent à ce point entre l’hiver 2005 et l’été 2006 ? Ce qui s’est passé vient de France : la très vénérable, très puissante et très insatiable Association Française des Banques (AFB) a déclenché une contre-offensive en ouvrant, auprès de la Commission européenne, une procédure de plainte pour atteinte à la liberté d’établissement, contestant par là-même l’exclusivité de La Poste et des Caisses d’Epargne sur le Livret A.

Une fois encore, loin des yeux des Français, un service public est contesté.. par des intérêts français. Ce n’est hélas pas la première fois (des précédents existent dans le domaine ferroviaire) et l’on comprend que l’Union européenne y perde son latin…

Le comble du cynisme est que le Crédit agricole, dont les Conseils d’Administration sont très largement constitués de personnalités issues du monde rural, mène la fronde contre la Poste avec un rare acharnement, en ayant déposé le 28 mars 2006 un recours devant le Tribunal de première instance des Communautés européennes, au quadruple motif de violation des articles 43, 82, 86 et 87 des Traités de l’Union !

Du bon usage de l’Europe par la banque verte : d’un côté, l’Europe de la Politique Agricole Commune et la rente formidable des primes agricoles européennes qu’elle déverse à gros débit sur les comptes domiciliés au Crédit Agricole ; de l’autre, l’Europe du marché intérieur et du droit de la concurrence qu’elle utilise sans retenue pour abattre ce qu’il reste de protection du service public en milieu rural.

Il est pourtant clair que la présence postale en milieu rural ne tient plus tant aujourd’hui par l’activité postale, réduite à la portion congrue à l’ère d’internet et du téléphone mobile, que par son service universel bancaire, accessible à tous par un réseau de proximité sans équivalent (14 000 bureaux de poste) et sans condition de dépôt ou exigence de rentabilité (60 % des Livrets A ont un solde moyen inférieur à 150 €).

Il ne fait nul doute que si elle devait perdre le monopole de ce produit d’épargne populaire, au profit des banques commerciales, et en particulier d’un Crédit Agricole qui bénéficie de moyens d’influence à multiples entrées sur la population agricole, la présence postale en milieu rural en serait rapidement compromise.

Le pire est qu’il se trouverait sans doutes de bonnes âmes syndicales et politiques, directement issues des Caisses régionales du Crédit Agricole, pour revêtir à l’occasion écharpes et calicots afin d’en fustiger Bruxelles et de désigner son ultra-libéralisme patenté à la vindicte populaire.

Le monde agricole est ainsi fait que les puissants y assurent la défense de leurs intérêts en se travestissant de celle des petits… Et que Bruxelles reste décidément le bouc émissaire idéal des ambiguïtés françaises.

Mais au fait, où sont passés les prodigieux lanceurs de boules de neige de Guéret ?

Gilles SAVARY, le mardi 18 juillet 2006

_________________
Mana x0 = "Il me faut de la mana !"
Mana x1 = Pouvoir
Mana x2 = Toutou-toudoudou
Revenir en haut Aller en bas
 
Services publics : schizophrénie française
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Federation Française du Sport Adapte
» Une nouvelle marque française...
» Fédération française VPH, résultats nationaux trottinette
» Moto française : Midual revient ?
» Carte grise française ou belge ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dream Team Events :: Politique-
Sauter vers: